Économie Circulaire

Synthèse de mon travail de recherche : L’Économie circulaire en Angleterre

Dans le cadre de mon année d’expatriation à l’IPAG Business School, j’ai eu l’occasion d’effectuer un stage à Londres et ainsi de m’intéresser à la présence de l’économie circulaire en Angleterre.

Ce travail de recherche s’est déroulé en deux temps,  j’ai fait, d’une part, une étude documentaire relative à l’économie circulaire en général, et plus particulièrement en Angleterre. D’autre part, j’ai effectué une étude qualitative, en interrogeant 3 personnes vivant à Londres, à travers un guide d’entretien semi-directif.

Les principaux objectifs de ce travail furent de collecter des informations, analyser et mieux comprendre les éléments suivants :

  • La connaissance et la maîtrise du concept d’économie circulaire par les habitants de l’Angleterre
  • La perception et la crédibilité du concept auprès du public
  • La présence et l’importance de l’économie circulaire à travers les actions et impacts au niveau individuel et collectif
  • Le futur de l’économie circulaire et ses évolutions à long terme

La recherche documentaire et les entretiens menés ont permis de mieux appréhender le concept d’économie circulaire, sa présence, son impact et ses évolutions en Angleterre. Dans l’ensemble, l’étude a montré que l’économie circulaire  est un concept récent qui souhaite rompre avec le modèle linéaire traditionnel, et qui offre une nouvelle façon de penser, positivement. Le modèle semble être une solution efficace pour lutter contre la production de déchets et l’épuisement des ressources naturelles.

Le principe est de réutiliser, réparer, re-manufacturer, recycler,  et éco-concevoir les produits afin de ne rien jeter en retransformant la totalité du produit ou de ses composants. Les mots-clés sont la régionalisation et la qualité de la production, l’allongement de la durée de vie des produits, l’engagement et la coopération entre toutes les étapes de la supply chain. Des nouvelles méthodes de conception, de production, de distribution et de consommation plus responsables sont donc envisagées.

Le modèle implique un nouveau modèle commercial, durable et une nouvelle façon de posséder un bien, qui entraîne une nouvelle relation entre le consommateur et le bien qui sera axée sur l’achat du bien en tant que service. Ceci offre des opportunités commerciales importantes grâce à la création de nouvelles activités qui permettent de dégager un sérieux avantage concurrentiel.

 

L’étude menée  a permis de démontrer que le modèle n’est encore que peu connu, compris et appliqué en Angleterre. Le niveau d’implication dans le modèle y est encore très bas, car il ne s’agit que du début de l’établissement du modèle. En effet, le sujet est encore mal communiqué auprès du public, pour qui le concept est encore trop vague. L’économie circulaire n’est pas encore ancrée dans la culture et les pratiques des anglais, particulièrement à cause de ce manque d’informations et de règles régissant le concept.  Pour le public, le concept englobe surtout le recyclage, l’achat de produits bio ou le fait de prendre les transports en commun.

Cependant, les actions positives augmentent au niveau individuel aussi bien que collectif, puisque les opportunités de recyclage deviennent plus présentes et les individus prennent de plus en plus conscience de la nécessité d’agir pour le développement durable.  L’économie circulaire est principalement présente dans le partage des biens, principalement dans la location du service plutôt que l’achat du bien, le recyclage, l’achat et la consommation responsable pour éviter les déchets.  Les entreprises, plus particulièrement les distributeurs, ont un rôle majeur à jouer pour éduquer le public, le sensibiliser et l’inciter à agir dans cette direction.

L’Angleterre est très focalisée sur la Recherche & Développement et il s’agit d’une référence en la matière grâce aux organisations telle que la Fondation Ellen MacArthur ou encore au premier événement consacré à l’Économie Circulaire, Resource, qui s’est déroulé pour la première fois en Mars 2014 à Londres.  Mais les marques importantes telles que Marks & Spencer, le groupe Co-operative et King Fisher commencent à s’impliquer et à promouvoir les principes du modèle en menant des actions pour l’achat de produits recyclés ainsi que des programmes de développement durable pour réduire leurs déchets. Les distributeurs anglais et le gouvernement semblent être les mieux placés pour sensibiliser l’option, fixer des règles et changer les règles de la consommation au niveau individuel et collectif.

Le principal avantage en faveur de l’économie circulaire est la perception très positive qu’en a le public, voyant en cela la réduction des déchets, la réduction de consommation de matériaux et de production de CO2, une plus grande efficacité de fabrication, et la future garantie de fourniture de matériaux.  Le modèle permet d’assurer la non productivité d’effets néfastes pour la production, la vie et l’environnement.

 

Concernant le futur de l’économie circulaire, le concept devrait largement se développer, mais plutôt lentement.  Il faudra se montrer patient pour obtenir des impacts significatifs. Cependant,  le modèle offrira de belles opportunités pour les entreprises avant-gardistes, en leur procurant un réel avantage concurrentiel et en leur permettant d’économiser de l’argent en même temps. S’orienter vers un tel schéma requière une coopération évidentes entre chacun des intervenants, et nécessite de de penser sur du long-terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>