06/12/2018

Lusha : l’outil de chasse des commerciaux

Aujourd’hui, il existe des outils impressionnants permettant aux entreprises d’améliorer rapidement leur force commerciale. Certains outils mettent notamment à disposition des banques de données soit disant professionnelles , comme le numéro de téléphone ou encore l’adresse mail de la personne ciblée.
Ce sont des outils très utilisés dans les fonctions marketing et commerciales des entreprises, les données des prospects étant les pépites d’or difficiles à atteindre pour tout le monde. Quelle entreprise ne rêve pas d’avoir un fichier de 10000 numéros de leads à contacter?

LUSHA ET NUMEROS

Vous en avez surement déjà entendu parlé tellement le phénomène est grand dans l’univers des Start-ups, notamment pour celles dont la fonction commerciale est cruciale (on prendra l’exemple des entreprises de conseil ou d’accompagnement).
Lusha est un outil qui permet à n’importe qui d’avoir accès au numéro de téléphone ainsi qu’à l’adresse mail d’une personne en passant simplement sur son profil Linkedin.
Pour ce faire, il suffit de télécharger un plugin disponible sur Chrome ou bien Mozilla et d’aller faire un tour sur LinkedIn. Je vous invite maintenant aller voir sur votre profil si votre numéro / adresse mail est enregistré dans la banque de données Lusha. Si c’est le cas, vous pouvez bien entendu envoyer un mail au support pour les faire supprimer de leur Database.

On pourra par exemple aller faire un tour sur le profil Linkedin de ce cher Emmanuel Macron : grâce à Lusha, j’ai pu trouver directement son numéro de téléphone et son adresse mail. Reste à savoir si c’est bel et bien le vrai numéro, mais je vous laisse le bénéfice du doute car ça m’embêterai de voir la DGSI ou le RAID défoncer ma porte d’entrée. Remarquez, vous pouvez le passer le à votre pote Gilet Jaune, je pense qu’il se fera un plaisir de l’appeler.

Question prix, Lusha dispose d’un pricing correspondant aux attentes des entreprises. Après avoir dépensé les 5 crédits gratuits offerts par la plateforme, il faudra bien entendu payer pour en obtenir davantage. En effet, au delà de 5, Lusha considère que c’est pour un usage commercial et décide donc de les vendre (un peu comme LinkedIn pretium). Ainsi, il faudra acheter des crédits Lusha à consommer sur chaque profil Linkedin consulté. Pour avoir un ordre d’idées, c’est 300$ par an pour 30 consultations mensuelles. Plutôt cher non? Je trouve personnellement l’outil assez cher bien que son utilisation soit intéressante pour les entreprises.

Autre question Importante : Lusha est-il conforme au RGPD?

Bien qu’elle prétende rentrer dans les critères du RGPD, Lusha reste une entreprise qui ne souhaite pas dévoiler les sources de l’obtention de ces données. En outre, Lusha dit bien utiliser des données purement professionnelles (bien que j’ai la preuve que non après avoir contacté quelqu’un qui m’a confirmé que c’était son numéro personnel). Les sources sont apparemment disponibles publiquement ainsi que grâce à des partenaires qui leur fournissent les données en contribuant à la communauté.
On croirait que non, mais certaines données restent accessibles publiquement, surtout lorsque celles-ci sont renseignées sur Internet par inadvertance, c’est également ce qu’on appelle le Google dorking :
« Le Google dorking est une technique consistant à utiliser un moteur de recherche, généralement Google, en vue de chercher des vulnérabilités ou de récupérer des données sensibles. Cette technique s’appuie sur les résultats de l’exploration et de l’indexation des sites internet par le robot Googlebot. ». En tout cas, même LinkedIn explique bien qu’aucune information détenue par Lusha n’a été transmise par LinkedIn et réfute toute théorie expliquant une alliance des deux entreprises.

Quoiqu’il en soit, bien que Lusha se dit respecter le Règlement Général de la Protection des Données, il faut toujours faire attention à ses données personnelles car on ne sait jamais où peuvent retomber les informations qu’on a renseigné sur un site internet.

L’anecdote watzefuk

J’aimerai lier cet aspect d’outil digital à la fonction commerciale des entreprises, car la finalité de l’outil est justement de faire du lead génération en masse et qualifier précisément les prospects. Pour lutter contre Lusha et ces pratiques commerciales peu appréciées, un projet de loi sera étudié ce jeudi 6 décembre. D’après certains députés, il suffirait de responsabiliser les opérateurs téléphoniques en les obligeant à supprimer toutes les lignes frauduleuses…. Mais ça paraît un peu simple.

Partons plus loin, vous connaissez tous Hadopi n’est-ce pas? Mais oui, cette idée de la lutte contre le piratage informatique et pour la protection intellectuelle, outil qui a été un bel échec du gouvernement à son lancement.
Ne vous en faites, pas je ferais un article dessus bientôt. Mais pour patienter, voici quelques chiffres : En 2014, Hadopi réalisait en 4 ans 44 000 000 d’euros de coûts pour 1 000 de gains (1 personne condamnée à cette époque). Je vous donne cette image pour vous illustrer Bloctel. Hadopi est à Mozilla ce que Bloctel est à InternetExplorer.

Bloctel est un dispositif mis en place en juin 2016 par le gouvernement pour lutter contre le démarchage téléphonique intempestif qui dérange en moyenne 9 français sur 10. Il suffisaiit à tout français de s’inscrire sur la liste Bloctel pour est assuré de ne plus être contacté pour des démarches commerciales ou des appels frauduleux. Ainsi, après deux ans, nous constatons que Bloctel a été d’une inefficacité hors pair et qu’il est loin d’avoir empêché les français de se faire cribler d’appels.
En plus de ça, Bloctel part du principe où « il faut s’inscrire sur le registre pour ne plus se faire contacter », l’opt-out. C’est complètement absurde quand on y réfléchis, le projet de loi qui arrive prévoit quant à lui une pratique plus logique, l’opt-in ce qui veut dire qu’on ne peut pas se faire contacter sur on a pas donné son accord préalablement. Cela reste plus logique pour les citoyens, mais bien moins apprécié pour les sociétés. Ces dernières qui décideraient de ne pas se plier à cette loi pourrait recevoir entre 15 000 et 350 000 euros d’amende. Ça calme hein?

Et vous, pensez-vous que Lusha est un outil qui respecte les données des internautes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *