Article 1 : Le Cloud-Gaming

Le secteur du jeu vidéo connait une croissance fulgurante depuis son apparition au début des années 80 avec l’apparition du fameux jeu Pong.
D’abord en noirs et blancs, puis en couleur, en 3D, en HD et jouables en ligne, les jeux vidéo n’ont cessé d’évoluer afin de proposer des innovations toujours plus poussées et immersives.
Avec l’arrivée de la Réalité Virtuelle (VR) nécessitant une puissance de calcul énorme, la façon dont sont utilisées les consoles est remise en cause. En effet, la qualité des jeux augmente et les seules consoles de salon ne permettent pas de suivre la cadence de l’évolution du matériel ainsi que des ressources demandées.
Depuis quelques temps est alors apparu ce que l’on appelle le Cloud Gaming. Cette technologie semblable à celle de la vidéo à la demande permet de jouer a des jeux vidéo sur son ordinateur, son téléphone ou sa télévision alors que celui-ci tourne sur des serveurs hébergés à distance.
Les principaux acteurs sont Nvidia, Shadow (un français) et Google (qui est en phase de beta test de son projet « Stream »).

Les avantages :
Les avantages du cloud gaming sont multiples. Ce système permet d’assurer au joueur de pouvoir jouer aux tous derniers jeux sans bug, en qualité maximale et sans avoir à acheter de console ou d’ordinateur personnel. En effet, les serveurs utilisés lors du cloud gaming sont continuellement mis à jour, que ce soit au niveau Software ou au niveau Hardware.
Shadow garantie par exemple un changement des composants principaux tous les 18 mois afin de rester à la point de ce qu’il se fait de mieux au niveau des processeurs, cartes graphiques, etc.
La portabilité est elle aussi quasiment illimitée et ne dépend que de la présence d’une connexion Internet. Il est en effet possible de jouer sur son ordinateur durée la pause midi au bureau, puis d’enchainer sur son téléphone en 4G dans le train et enfin de terminer sur sa TV connectée le soir dans son salon. C’est ceci que promet le cloud gaming : un accès illimité à une puissance de calcul de très haute qualité sans contraintes liées au matériel (puisqu’il ne faut qu’un écran et une connexion internet, voire des périphériques de commande suivant les jeux).

Les inconvénients :
Malgré tous ces points positifs, le cloud gaming dispose d’un certain handicap qui lui est inhérent : la nécessité de disposer d’une connexion Internet. Cela peut-être un handicap pour les personnes n’ayant pas accès à ce système (bien qu’elles sont de moins en moins nombreuses). De plus, il ne s’agit pas d’avoir seulement une connexion internet, il faut également que celle-ci soit de bonne qualité. Il est recommandé d’avoir accès à la fibre afin de pouvoir afficher le flux vidéo en HD et 4K mais également afin de limiter la latence.
Shadow assure que sa dernière version permet de prendre en compte les connexions plus faible mais cela restera quand même bien moins fluide qu’avec une connexion fibre.
L’autre point d’ombre peut-être celui de la gestion des données. En effet, si l’on accepte d’avoir son espace virtuel sur un serveur tiers, qu’en est-il des données ?
Même si la RGPD permet de répondre à certaines de ses questions sur le plan européen, il n’en est pas de même à l’échelle de la planète et des géants comme Google déjà contestés pour leur respect de la vie privée auront sans doutes à y répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *