Synthèse de mon expatriation

La Corée du Sud m’a marqué profondément. Jamais je n’avais connu un tel choc culturel. Je ne comprenais pas sur quelle planète je venais d’atterrir. Les publicités couvraient tous les panneaux, les buildings touchaient les étoiles et la musique coréenne résonnait partout. Il a fallu un moment pour m’habituer tant au décalage horaire, qu’à ce nouvel environnement.

Les coréens sont des personnes adorables, dévouées et accueillantes. Je n’ai jamais connu un accueil aussi chaleureux. Nos étudiantes coréennes sont venues nous chercher Sonia et moi, à l’aéroport, ont payé le taxi, le restaurant, ont aidé dans nos démarches en passant des journées avec nous. Je ne crois pas que cela existe ailleurs qu’en Corée du Sud.

Ma buddy (étudiante coréenne) m’a invité chez elle à plusieurs reprises et quelle émotion quand on arrive chez quelqu’un, que toute la famille est là, que sa mère a cuisiné pendant des heures pour vous présenter toutes les spécialités coréennes. J’avoue que j’en ai eu les larmes aux yeux. Je me suis sentie pendant un moment, déconnectée, du monde dans lequel je vivais.

Durant mon séjour je n’ai jamais vu un coréen jurer, être énervé ou même critiquer; j’ai parfois eu l’impression de vivre dans un monde de poupées.
Cependant les coréens ne parlent pas très bien anglais et cela peut vite devenir un cauchemar. A plusieurs reprises, nous avons essayé de nouveaux restaurants mais les menus n’étaient qu’en coréen et le serveur ne comprenait pas « Do you have a menu in english ? », pour nous c’était une catastrophe.

Un autre point m’a étonné : le confucianisme. En Corée du Sud, le confucianisme règne. Il faut toujours respecter les anciens et ils ont le pouvoir sur vous. Par exemple, si vous prenez le bus et que vous vous asseyez à une place, une personne plus âgée que vous (même de quelques années, par exemple 22 ans) peut vous pousser de votre siège pour s’y asseoir. Je peux vous certifier qu’ils ne vous demanderont pas simplement de vous décaler et n’attendront pas que le bus s’arrête.

Au niveau scolaire, les élèves travaillent énormément et ne s’arrêtent jamais. Il n’est pas rare de croiser des coréens en plein milieu de la nuit en train de travailler. Le but de leur scolarité est réellement d’avoir des A+ partout pour pouvoir postuler au meilleur travail en sortant. Ma buddy m’a aussi raconté qu’en Corée du Sud, au lycée, les élèves travaillent de 9h à 21h avec seulement une heure de pause et apprennent par cœur des livres entiers.

Cette façon de travailler continue tout au long de leur vie, car au niveau professionnel et même à l’université, il est très fréquent de manger avec son professeur, ses collègues et patron ou d’aller boire un verre ensemble après la fin des cours ou du travail. Nous avons donc mangé avec l’un de nos professeur qui nous a invité à la fin du cours et nous avons pu prendre un verre avec un autre professeur, car il est très commun d’aller au bar ensemble pour se dire ce qui plait ou ne plait pas au sein d’un bureau ou au sein du classe.

Pendant mon séjour, j’ai eu aussi la chance de découvrir Séoul avec deux autres étudiantes de l’IPAG et nous avons pu visiter ensemble des monuments comme la Séoul Tower. J’ai trouvé ces quelques jours très intéressants et sympathiques. Toutes les étudiantes de l’IPAG en Corée du Sud s’étaient retrouvées pendant quelques instants pour d’ores et déjà échanger ensemble nos premiers étonnements sur la Corée du Sud.

Pour finir, la nourriture a été l’une des plus grandes surprises de mon expatriation. En Corée du Sud il y a des plats succulents qui vous donnent l’eau à la bouche. Ce qu’il faut savoir sur les repas en Corée, est que tout se partage. Baignée par le confucianisme, la Corée du Sud est un pays où la famille et les amis ont un sens du partage beaucoup plus fort que chez nous et tout se divise. Les premiers temps furent pour moi compliqués, surtout quand vous devez partager une soupe, en trempant chacun votre tour votre cuillère dans le bol.

Le bulgogi – ??? est un des plats traditionnels coréens, c’est une viande marinée de bœuf ou deporc avec du soja et du sucre. Les barbecues coréens sont une vraie institution; les convives se mettent en rond, autour d’un feu et commandent soit du porc soit du bœuf. Une personne se charge de couper la viande et de la jeter dans le feu. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que les coréens mangent du riz tout le temps, même au petit déjeuner. Il faut donc se préparer psychologiquement à ne manger avec tous ses plats que du riz pour accompagnement.

Ce séjour en Corée du Sud m’a permis de découvrir une partie du monde que je ne connaissais pas, de rencontrer des gens uniques avec une culture très forte. Les étudiants coréens sont partagés entre les études et les activités extra scolaire comme le karaoké, les matchs de baseball, les concerts de k-pop et la mode importée d’Europe.

 

Vidéo de mon semestre universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>