Fight Club

Fight Club est le 5ème film de David Fincher en tant que réalisateur, il est tiré du livre du même nom de Chuck Palahniuk. Ce film devint rapidement culte pour toute une jeunesse occidentale mais ne reçu pas le même accueille par les critiques cinématographiques qui le considèrent comme trop violent et sans but précis. Cependant l’interprétation d’Helena Bonham Carter fut récompensée d’un empire award de la meilleure actrice britannique en 2000.

Le narrateur, interprété par Edward Norton, est un jeune employé de bureau dépressif, insomniaque et désillusionné par la vie. Il va rencontrer un jeune vendeur de savon charismatique, Tyler Durden, interprété par Brad Pitt,  avec qui il va monter le « Fight Club » un cercle composé d’homme, axé sur des combats ultra-violents se déroulant dans le sous-sol d’un bar. Mais bientôt le petit groupe va se transformer en énorme société secrète incontrôlable, implanté dans tout le pays afin de metre à bien, à n’importe quel prix, leur  action final « le projet Chaos ».

Scène Culte :

Edward Norton qui interprète le personnage principal s’infligeant à lui même des sévices corporels devant son patron afin de lui faire porter le chapeau.

Fight Club est une critique acerbe des hommes et des femmes de notre société occidentale. Ils sont décrits par Tyler comme étant des êtres soumis à l’apparence des mannequins des magazines et des publicités. Tyler considère que vivre dans une société de consommation, de l’accepter puis de devenir acteur ne peut pas mener au bonheur. Selon lui, la seule possibilité valable serait de vivre primitivement, selon les instincts encore présents chez l’Homme, où l’on vivrait loin de tous ces faux-semblants, dans une liberté absolue inaccessible par la consommation. Le Fight Club en lui-même n’est que le prolongement physique de la « non-virilité » de ses participants. À travers ces combats sanglants, ils retrouvent leur envie de se battre pour ce qu’ils sont, de prendre les choses « à bras le corps » ; ils réapprennent littéralement leur robustesse, leur vigueur ; ils comprennent qu’acheter une télévision 16:9 procure beaucoup moins d’adrénaline et de satisfaction personnelle que de mettre un adversaire au tapis ; ils sortent enfin de leur zone de confort pour se heurter aux choses les plus basiques. Peu à peu, ces hommes se transforment en ce que Tyler lui-même souhaite qu’ils se transforment. Ils redeviennent vifs et redécouvrent la part animale en eux, ils perdent tranquillement leurs désirs maladifs de consommer et Tyler se crée ainsi une « armée » de personnages disciplinés à valeurs simples ; personnes qu’il nomme les « Space Monkey » (en référence aux singes utilisés comme cobayes pendant la conquête de l’espace).

Réplique culte :

Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.

La citation « The first rule of Fight Club is you don’t talk about Fight Club » a été nommée 27ème dans le Classement des 100 meilleures lignes du Cinéma, par le Magasine Première en 2007.

En 2008, le magazine Empire cite Fight Club comme 10e de son Top 500 des meilleurs films de tous les temps.

Il est classé actuellement 22ème meilleur film d’après les internautes d’allociné et 14ème pour les internautes d’IMDB.

Propos du réalisateur :

« Les clubs de boxe sont un lieu de reconquête de la masculinité. Ce film entend montrer les dégâts que la société moderne inflige aux jeunes hommes. Le processus évolutif qui transforme l’ « ADN prédateur » en « ADN grégaire » ne peut qu’être douloureux. Dans Fight Club, la quête d’un sanctuaire viril au sein d’une telle société prend une forme destructive. »

Au début du film juste après le message habituel sur les droits réservés du DVD un autres message apparaît il est signé Tyler Durden.

Voici ce texte : « Si vous lisez ceci alors cet avertissement est pour vous, chaque mot que vous lisez de ce texte inutile est une autre seconde perdue de votre vie. Vous n’avez rien d’autre à faire ? Votre vie est-elle si vide, honnêtement, que vous ne puissiez penser à une meilleure manière de passer ces moments ? Ou êtes-vous si impressionnés par l’autorité que vous donnez votre respect et vouez votre foi à tous ceux qui s’en réclament ? Lisez-vous tout ce que vous êtes supposé lire ? Pensez-vous tous ce que vous êtes supposés penser ? Achetez-vous ce qu’on vous a dit d’acheter ? Sortez de votre appartement. Allez à la rencontre du sexe opposé.
Arrêtez le shopping excessif et la masturbation. Quittez votre travail commencez à vous battre.
Prouvez que vous êtes en vie. Si vous ne revendiquez pas votre humanité vous deviendrez une statistique. Vous aurez été prévenu… Tyler. » »

Where is my mind – The Pixies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>